PSG/Bayern – Fournier est déçu « On a joué petits bras…J’étais vraiment confiant avant le match »

0
12

Au bout du suspense, dans le ciel sombre de Lisbonne dimanche soir, le Paris Saint-Germain n’a pas réussi à écrire ce qui aurait été une des plus belles pages de son histoire, s’inclinant 1-0 face au Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions (retrouvez le résumé ici). Après les débats, on sent remonter des regrets notamment chez les « historiques » du PSG. Laurent Fournier, ancien joueur emblématique sur les périodes de 1991-1994 et 1995-1998,  a livré une longue analyse dans Le Parisien, non sans amertume et déception. On le rappelle, Fournier a aussi entraîné le club parisien en 2005.

Fournier « On n’a pas fait ce qu’il fallait pour aller chercher cette victoire »

« On a joué petits bras. J’ai l’impression qu’on n’a pas fait ce qu’il fallait pour aller chercher cette victoire, qu’on a manqué d’ambition. Plus le match avançait et plus on reculait. Contrairement au Bayern, on a manqué d’impact au niveau de la récupération. Il y a eu de belles situations en contre mais Mbappé, Neymar ou Di Maria n’ont jamais réussi à faire la différence. C’est vrai qu’en face, Neuer a été exceptionnel mais on ne les a pas assez agressés.

Fournier « On n’était peut-être pas prêts »

Je suis déçu ?

Oui, parce que j’y croyais vraiment. J’étais vraiment confiant avant le match. Les prestations en quart et en demi-finale étaient prometteuses… mais finalement, ce n’était que l’Atalanta Bergame et Leipzig. Face au Bayern, l’adversité est différente. On n’était peut-être pas prêts. On n’était pas habitués à affronter une équipe plus agressive et plus joueuse. Le PSG ne s’est pas fait assez mal.

Je pensais que Paredes et Herrera allaient plus apporter au milieu, qu’ils pourraient permettre de lancer Neymar et Mbappé. Je me suis trompé, c’était une illusion. Ils n’ont pas récupéré la balle assez haut pour être agressif. Sans doute Verratti aurait plus apporté par sa créativité. Son absence a été terrible. L’impact physique est important au milieu de terrain et on a été dominé. On a perdu la bataille du milieu.

Fournier « Sur le match, Neymar a été le plus décevant. »

Neymar ou Mbappé ? »

On attend forcément plus de joueurs comme ces deux-là ou même de Di Maria. Je m’attendais à un match de très haut niveau de leur part. C’était le moment, le match idéal pour eux. Mais j’ai eu l’impression qu’ils manquaient de fraîcheur. Sur le match, Neymar a été le plus décevant. Il n’était pas le même que face à Bergame ou Leipzig, pas aussi souriant. Cela se voyait sur son visage. Après son coup franc contre Leipzig, il rigolait. Face à Munich, ce n’était pas le cas. Dès le début, il semblait tendu. C’est normal d’être tendu quand on joue une finale, j’ai connu ça, mais c’est étonnant de sa part. »

Paris n’a pas été parfait, mais le match est loin d’être raté.

Le PSG a peut-être trop misé sur ses deux « stars », voilà ce qui se dit depuis dimanche soir. Surtout qu’elles n’ont pas été en pleine forme. Le match n’a pas été exceptionnel. Paris a joué bas et Munich s’est un peu cassé les dents sur la tactique parisienne pendant longtemps. Au final, ce sont les détails qui ont fait la différence. Mais dans chaque défaite, il y a de la déception, c’est un processus. Il faut décrypter, analyser et faire les bons choix pour la suite. On peut trouver parfois les analyses sévères, pas assez justes. Mais elles sont à la hauteur de l’amertume de celui qui les profère.

Paris a eu des occasions de marquer dans ce match. Alors d’accord, les Parisiens n’ont pas été parfaits, mais ils n’ont pas été loin de soulever le trophée. Avec un peu plus d’efficacité ou un Neuer pas au sommet de son art, les commentaires seraient bien différents aujourd’hui.

Les joueurs de la capitale, ont mis beaucoup d’énergie à courir derrière le ballon, dénaturant, de fait, leurs habitudes. Cela peut décevoir, mais c’était apparemment la tactique choisie. Tuchel qui, semble-t-il, a misé sur un but en contre pour venir contrarier les plans du Bayern, n’était pas si loin de gagner son pari que l’on soit d’accord avec son choix ou non. Mais les joueurs n’ont pas eu la précision pour profiter des opportunités.

Et dans le football on le sait, peu importe la tactique, quand on a l’occasion de marquer, il faut le faire…Cela aurait tout changé, aussi bien dans le match que dans la perception que les gens en ont eu. C’est important d’essayer d’analyser en oubliant un peu le score, même s’il a toujours son importance. L’efficacité fait partie de la victoire ou non, mais ne reflète pas forcément le contenu.

Retrouvez ci-dessous notre podcast à propos de la finale contre le Bayern Munich :

Source : www.parisfans.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here