Riolo critique les présidents qui « refusent d’évoquer le sujet » et évoque la suite de « l’affaire Médiapro »

0
5

Depuis quelques jours, la Ligue 1 et la Ligue 2 est secouées par une affaire dont elles se seraient bien passées. Jaume Roures, le patron de Mediapro, a annoncé vouloir « renégocier » les droits TV de la Ligue 1 cette saison. Cette annonce n’a pas manqué de faire réagir, tant elle secoue l’ensemble du football français. La Ligue de football professionnelle (LFP) a réagi dans un premier temps en annonçant ne pas vouloir renégocier l’accord. Puis il a été question de chercher un prêt pour compenser et Vincent Labrune, président de la LFP, s’est exprimé. Daniel Riolo, journaliste de RMC Sport a lui vivement critiqué, au micro de L‘After Foot, le comportement des présidents de Ligue 1 dans cette histoire avant de s’épancher sur les fins possibles de ce dossier épineux.

Riolo « En transe, extatique, ils se sont vus riches, beaux et conquérants en Europe »

“Ils ont tous applaudi Roures, le boss de Mediapro, quand il a fait son grand discours mobilisateur. En transe, extatique, ils se sont vus riches, beaux et conquérants en Europe. Peu importe ce que propose notre foot de clubs depuis des années, nos joueurs, nos coaches en L1. Avec ce milliard, tout allait devenir possible. “Ils”, ce sont nos chers présidents de L1. […] Aujourd’hui pas un président ne répond. Ils refusent d’évoquer le sujet. Chacun est retourné compter ses sous dans son coin. Ca doit être ça le sens des responsabilités. », propos relayés par But ! Football Club.

Il est étonnant de ne pas avoir entendu les présidents de Ligue 1 s’exprimer sur ce sujet sensible qui s’abat sur le football français. Ces mêmes présidents qui ont applaudi Roures lorsque les choses devenaient concrètes entre la LFP et le groupe sino-espagnol. Mais cela ressemble fortement à une désillusion qui a du mal à passer. Il faut dire que personne n’avait souhaité investir une telle somme sur ce championnat de France qui manque parfois de spectacle. Alors quand Roures est arrivé, tout le monde s’est mis à rêver d’un futur meilleur. Plus de fonds, de visibilités. Mais après un peu plus d’un mois, c’est l’heure du désenchantement. C’est le flou total et les clubs de Ligue 1 doivent se poser des questions à l’heure qu’il est. Même si c’est en partie à cause de la crise liée à l’épidémie du coronavirus qui était imprévisible.

Mais pourquoi personne n’est encore monté au créneau ? Peut-être par crainte de s’attirer des critiques ou des « ennemis ». N’oublions pas que la cacophonie du football français a été critiquée il y a quelques mois. Peut-être que cette fois tout le monde s’est mis d’accord pour régler cela surtout en interne, dans la discrétion. Ce ne serait pas forcément plus mal.

Riolo « Le gouvernement peut dans ce cas intervenir pour sauver notre foot »

« Alors maintenant que peut-il se passer?

Soit la Chine accepte de payer en envisageant que le produit devienne rentable, en se disant que même s’il y a des pertes, ça vaut quand même le coup dans la stratégie du Soft Power. Dans ce cas, ils virent Roures qui les a mis dedans avec son interview catastrophique. Sorte de coup de bluff minable que la LFP a repoussé.

Soit, fin de l’histoire, la Chine dit stop car tout cela est trop cher. La LFP organise alors un nouvel appel d’offre au plus vite et on tente de récupérer auprès de nouveaux diffuseurs une somme décente pour ne pas finir dans le caniveau. Le gouvernement peut dans ce cas intervenir pour sauver notre foot en demandant aux grands patrons de venir acheter la L1. Ceci en échange d’un petit cadeau genre avantage fiscal, évidemment. Quelle belle idée d’être allé se jeter dans ce business avec le PC chinois!“

Mais que va-t-il se passer ? Les choses paraissent sérieuses. Il ne faut pas oublier que Mediapro appartient à 53 % à un groupe chinois. Ce dernier ne s’est pas encore manifesté dans cette affaire. Mais quand ils le feront, tout le monde y verra plus clair sur la réalité de l’annonce de Roures. Si la Chine se retire, il faudra un nouvel appel d’offre. Ce dernier sera bien en dessous de ce que Mediapro voulait mettre sur la table. Pour cause, Canal + diffuseur historique, fiable, s’est vu éconduire par le petit nouveau qui promettait tant. Le groupe de Vincent Bolloré, l’a mauvaise et dans le cas d’un nouvel appel d’offre, ils ne feront aucun cadeau. De même pour beIN SPORTS.

Mais comme le dit Riolo, on peut encore imaginer une fin « plus heureuse ». En effet, la Chine peut aussi intervenir et rassurer tout le monde sur ses intentions. Cela peut être dans sa stratégie. Ou une intervention pourrait peut-être venir de France directement. Il reste l’idée d’un accord trouvé qui permettrait à chaque partie de s’y retrouver. Mais on navigue à vue dans cette histoire. Le football français semble bien dans la tourmente et Riolo se projette sur une aide d’état pour sauver la face.

Retrouvez ci-dessous notre dernier podcast à propos de Nîmes/PSG : Calendrier gênant et équipe possible.

Source : www.parisfans.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here