Roy juge le mercato du PSG avec quelques doutes

0
9

Le mercato est enfin terminé et le Paris Saint-Germain a été actif jusqu’aux dernières minutes. Avec trois arrivées en prêt pour l’attaquant italien Moïse Kean (20 ans, Everton) et les milieux Rafinha (Brésil, 27 ans) et Danilo Pereira (Portugal, 29 ans), provenant respectivement du FC Barcelone et du FC Porto. Eric Roy, directeur sportif du Watford FC et consultant pour France Télévision a partagé son analyse sur les arrivées menées par son homologue parisien, le Brésilien Leonardo.

« La réussite de ce mercato dépend de l’installation de Danilo Pereira dans l’équipe. S’il est bien le successeur de Thiago Motta, alors oui, ce sera réussi sinon pas vraiment. Florenzi, c’est bien mais pas sûr qu’il soit meilleur que Meunier. Kean a du talent mais ne jouait pas à Everton. Il vient dans le rôle de Choupo-Moting avec des qualités intrinsèques meilleures et en plus jeune mais aura-t-il le même état d’esprit que Choupo-Moting, remplaçant exemplaire? Rafinha, je ne sais pas si le PSG en avait vraiment besoin. Il sera en concurrence avec Draxler et Sarabia, il peut jouer partout même s’il est plus à l’aise dans le registre offensif. Je comprends l’objectif des clubs d’élargir leur effectif dans une saison avec des matchs rapprochés dans un calendrier bouleversé.

« C’est donc un mercato contrasté dont Danilo Pereira déterminera le degré d’amélioration. »

Le seul qui peut changer le jeu du PSG en profondeur, c’est Danilo Pereira, compte tenu de son poste et de sa stature. Aura-t-il l’influence d’un Casemiro au Real ou d’un Fabinho à Liverpool ? Saura-t-il se rendre incontournable ? C’est en tout cas plus cohérent que de placer Marquinhos au milieu, une idée dont je n’ai jamais été fan.

L’objectif d’un directeur sportif est aussi de vendre. Leonardo, sans argent, a réussi à attirer des joueurs internationaux, c’est vraiment bien mais il n’a vendu personne. C’est donc un mercato contrasté dont Danilo Pereira déterminera le degré d’amélioration. »

Avant tout le mercato estival réalisé par le PSG doit être qualifié de raisonnable avec une seule grosse dépense, celle pour le transfert définitif de l’Argentin Mauro Icardi (27 ans) après une année de prêt. Et cela avait du sens pour avoir un grand buteur et assure la suite. Pour la suite, il a fallu être malin et « créatif », comme le disait Leonardo. Car si la crise sanitaire a obligé les clubs à faire dégonfler la bulle créée depuis une décennie et même à faire attention à leurs comptes.

Un peu comme l’an passé, l’équipe parisienne s’est renforcée avec des noms moins ronflants mais cela donne une homogénéité au groupe et différentes solutions pour l’entraîneur. Car il s’agit tout de même de joueurs talentueux qui complètent un effectif ou il y a déjà assez de « stars » parmi les titulaires. Quoiqu’il en soit, il est bien trop tôt pour juger des qualités et des défauts des nouveaux arrivants. Mais nul doute que leurs premières prestations en Rouge et Bleu seront scrutées de près. Et il y a l’espoir d’une belle saison.

Retrouvez ci-dessous notre podcast à propos du groupe du PSG en Ligue des Champions (retrouvez le tirage complet ici) : 

Source : www.parisfans.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here